Viols collectifs sur des Polonaises 1944/45

 Zbiorowy gwałt na Polkach

2016,  20:00  /  Zmieniono: 16 kwietnia 2016,  02:2932 1594922819

Les soldats de l’Armée rouge auraient pu violer jusqu’à 50 000 femmes polonaises. La plupart des femmes ne l’ont signalé nulle part, car le sujet était honteux, – dit le prof. Marcin Zaremba, historien, auteur de recherches sur ce sujet.

Marcin Dzierżanowski, « Wprost »: Le sexe dans la guerre est-il important?

Professeur Marcin Zaremba: Très important. Les psychologues notent que dans les situations d’anxiété et de stress graves, la tension sexuelle augmente. Une autre chose est que c’est tabou. Lorsque j’ai commencé à enquêter sur le problème des viols commis par l’Armée rouge sur des femmes polonaises, il est apparu qu’il n’y avait presque aucune source à ce sujet.

Les victimes ont-elles eu honte?

La plupart ne pouvaient en parler à personne. En mai 1946, un journaliste de « Pomeranian Land » signale qu’une vague de suicides de femmes d’âge moyen est en train de traverser Bydgoszcz. Il écrit que l’une des raisons est une maladie vénérienne, mais que le mot « viol » ne se prononce pas. C’est très caractéristique.

Pourquoi une telle ampleur de viols commis par des soldats de l’Armée rouge? Par exemple, pendant la guerre, les Allemands ont violé beaucoup moins souvent.

Il y a beaucoup de raisons. L’une d’elles est que personne n’a envoyé de soldats soviétiques en permission ; alors ils ne voyaient généralement pas leur femme pendant des années. Deuxièmement, comparés aux soldats des autres armées, ils ont rarement entamé des relations avec la population locale. À Varsovie occupée, presque tous les sous-officiers allemands avaient une maîtresse et les soldats britanniques et français trouvaient généralement facilement des compagnes parmi la population locale. Les soldats soviétiques avaient beaucoup plus de difficulté à cet égard. En termes simples, les femmes les voyaient généralement comme des primitifs et des butors. En outre, ils étaient sexuellement inférieurs,car la culture stalinienne et les coutumes de l’URSS réprimaient l’érotisme. Sans surprise, à leur arrivée à Berlin, les Russes ont arraché les pages des catalogues de sous-vêtements féminins, car ils montraient un corps de femme partiellement découvert. Pour eux, c’était un choc.

L’Allemagne traitait mieux le sujet ?

Dès le début de l’occupation, ils se sont occupés des besoins sexuels de leurs soldats. Le 9 septembre 1939, à la demande de Reinhard Heydrich, des bordels publics pour les Allemands ont été organisés à Varsovie et dans d’autres grandes villes polonaises. C’était pragmatique parce que les Allemands voulaient éviter d’infecter à tout prix leurs soldats avec une maladie vénérienne. Ils punissaient sévèrement. toute femme qui avait contaminé un soldat, laquelle pouvait même se retrouver à Auschwitz.

L’indigence sexuelle n’est probablement pas la seule cause du viol soviétique …

Il y avait beaucoup plus de raisons. Nous devons nous rappeler de l’énorme traumatisme des soldats sur le Front de l’Est, la grande pauvreté, la malnutrition et de la peur constante. L’alcool était une raison importante, beaucoup de soldats coupables de viol étaient en état d’ébriété. Mais peut-être que la raison la plus importante était l’autorisation tacite du Commandement.

Avec aussi l’assentiment du maître du Kremlin?

Milovan Djilas, militant communiste yougoslave, a lui-même posé la question à Staline. La réponse que nous avons trouvée dans la publication de ses mémoires était la suivante: « Imaginez quelqu’un qui se battait de Stalingrad à Belgrade – à travers des milliers de kilomètres de son pays détruit, qui marchait sur les cadavres de ses camarades et de ses bien-aimés. Comment une telle personne peut-elle réagir normalement? Pourquoi est-ce si répugnant d’avoir de telles horreurs avec une femme? Vous devez comprendre le soldat. Il est important qu’il se bat avec l’Allemagne et qu’il se batte bien. Le reste ne veut rien dire!  » Donc, il n’y avait pas de consentement aux viols, mais presque tous les commandants ont fermé les yeuxx.

Les reportages parlent principalement de viols commis à la fin de la guerre.

Vers la fin de 1944, l’Armée rouge était cependant relativement répressive envers ces actes. Oui, il y a eu des viols, mais – aussi abominable que cela puisse paraître – il y en a eu de façon peu surprenante. La vérité est que pendant les guerres, toutes les armées violent. En avril et mai 1945, la police militaire américaine a enregistré environ 500 attaques de ce type contre des femmes allemandes par leurs soldats. Les soldats polonais ont également commis des violences sexuelles à l’encontre de femmes allemandes. Des témoignages à ce sujet ont été conservés, notamment au sujet de la Deuxième Armée polonaise. La règle était cependant que ces soldats attendaient leur jugement et, au mieux, une compagnie disciplinaire. Cependant, les soldats soviétiques se sentaient impunis. Le véritable armageddon commence à la fin de 1944, lorsque les Soviétiques pénètrent dans les frontières du Reich d’avant-guerre.

Les victimes sont-elles principalement allemandes?

Certainement oui. Selon Antony Beevor, les Soviétiques ont violé jusqu’à 2 millions de femmes allemandes.

La revanche sur l’ennemi?

C’était certainement l’un des motifs les plus importants. De ce fait, environ 100 000 Hongroises ont également été victimes de violences sexuelles. La crainte de l’Armée Rouge envahissante était très répandue parmi les femmes. Les victimes potentielles ont essayé de se cacher, simulant des maladies infectieuses dangereuses. Le typhus était invoqué, les taches semblant être des croûtes sur le visage, les adolescentes ont essayé de s’habiller pour ressembler à des enfants. Cependant, cela n’a pas beaucoup aidé.

Depuis quand les femmes polonaises sont-elles devenues des victimes?

À grande échelle – depuis le début de l’offensive hivernale en janvier 1945. À l’approche du front à Olsztyn, à Gdańsk et à Elbląg, les viols commencent à se transformer en catastrophe naturelle. Ils sont brutaux, collectifs, souvent accompagnés de meurtres ou de mutilations. À Poznań, des soldats soviétiques demandent l’aide de jeunes femmes polonaises pour soigner les blessés, puis les violent. À Gdańsk, les femmes sont violées plusieurs fois, Les femmes de Warmie, Mazurie et Silésie sont confrontées à des épreuves similaires.

Dans le cas des femmes polonaises, le motif de la vengeance n’avait aucun sens.

C’est pourquoi il a parfois été question de « juste paiement ». Dans l’un des récits que j’ai obtenus, les mots: « Nous nous sommes battus pour vous pendant trois ans, maintenant toutes les femmes polonaises sont à nous. »

Des services sexuels attendus en guise de gratitude?

Souvent oui. De nombreux officiers et sous-officiers étaient en poste dans les familles polonaises. Ils pensaient souvent que les relations sexuelles faisaient partie d’une sorte d’hospitalité due aux libérateurs. Ceci, bien sûr, a provoqué une grande peur des femmes. En fait, ces relations forcées étaient aussi des viols, bien que parfois des négociations et des évasions soient possibles. C’est sur quoi les femmes allemandes ne pouvaient généralement pas y compter.

Les femmes polonaises ont été violées moins brutalement?

Il n’y avait pas de règle. Sous l’emprise de l’alcool, de nombreux soldats ne savaient pas qui ils violaient. Il est arrivé que trois générations de femmes d’une même famille soient victimes, passant d’une petite-fille de 13 ans sa grand-mère de 80 ans. En outre, de nombreux Kirghizes, Ouzbeks et Tadjiks se sont battus au sein de l’Armée rouge, pour qui la différence entre une Polonaise et une Allemande n’était pas entièrement visible. Malheureusement, traverser le front ne résout pas le problème. La deuxième vague de violences sexuelles de masse a lieu à l’été 1945.

Donc après la « libération ».

Les soldats soviétiques bénéficient alors de la gloire des anciens combattants ; en particulier les régions des territoires reconquis sont traitées comme des prises de guerre. Le comportement brutal envers les femmes allemandes sur la base de la vague déferlante est ensuite massivement transféré aux femmes polonaises.

Quelle est la fréquence de ce phénomène?

Il se propage comme la peste en Silésie, sur la côte ou dans la Warmie et la Mazurie. Mais cela se produit partout, notamment à Poznań, Łód, Częstochowa et Białystok. Certains officiers créent de vrais harems dans les unités qui y sont stationnées – les femmes lavent, nettoient et sont abusées sexuellement. Des femmes sont également kidnappées dans la rue, des soldats se promènent dans le marché, choisissent une victime, les conduisent à une voiture, les conduisent en dehors de la ville et les violent. Il y avait aussi des vols à bord de trains au cours desquels des passagers ont été volés et violentés.

Connaissons-nous des chiffres?

Nous avons des estimations très approximatives. D’autant que la plupart des reportages parlent de « femmes » en général. Nous ne savons souvent pas s’il s’agissait de Polonaises, d’Allemandes qui n’ont pas réussi à s’échapper, ni peut-être même de femmes russes ou ukrainiennes amenées pendant la guerre comme travailleurs forcés.

Les soldats de l’Armée rouge ont également violé des femmes russes?

Il y a de tels cas. La correspondante de guerre russe Vasily Grossman a même déclaré: « Les filles libérées de l’Union soviétique se sont plaintes de leur viol par la nôtre ». Il est donc extrêmement difficile d’évaluer le nombre de victimes de violences sexuelles à l’époque. À mon avis, les soldats soviétiques auraient pu violer 40 000, voire 50 000 personnes.

Les femmes polonaises.

La plupart des victimes ne l’ont signalé nulle part, car le sujet était embarrassant, scandaleux. Seules quelques femmes sont venues à la milice ou à l’hôpital. L’affaire a rarement été révélée. Principalement lorsqu’un battement ou une blessure est survenu pendant le viol, ou si une femme a attrapé une maladie vénérienne ou est devenue enceinte.

Les grossesses découlant de viols ont été fréquentes?

Il semble que oui. Après la guerre, le terme « enfants Kacapian » a même été créé, mais nous ne savons pas combien d’entre eux sont nés. Nous pouvons imaginer que la plupart ne se sont pas fait dire que leur père était un soldat soviétique. Nous savons qu’après 1945, le nombre d’avortements a beaucoup augmenté. En octobre 1945, l’épiscopat a même écrit une lettre pastorale dans laquelle il parlait de « la propagation du crime de d’élimination de foetus ». L’Institut de médecine légale de Cracovie a également publié un rapport sur le nombre croissant de nouveau-nés abandonnés.

Et les maladies vénériennes?

Ils deviennent un véritable fléau. Selon certaines informations, dans certaines régions des Territoires regagnés, 90% des femmes auraient été infectées. les . Le Ministère de la Santé estime qu’après la guerre, 10% la population du pays avait la syphilis. Le commandant adjoint de la milice de Gniezno, où étaient stationnés des soldats soviétiques, a même recommandé aux femmes de ne pas sortir dans les rues après 22 heures. . Celles qui le font doivent subir un examen médical.

La police est-elle du côté des victimes ou des tortionnaires soviétiques?

Elle essaie plutôt de défendre les femmes, mais ses mains sont étroitement liées. Elle craint d’accuser le viol d’anciens combattants de Koursk ou de Moscou. Dans certains cas, un soldat soviétique désarme ou même tue un policier polonais. Les rapports mentionnent parfois « des auteurs vêtus de l’uniforme de l’Armée rouge ».

Avait-il peur d’écrire directement qu’ils étaient des soldats de l’Armée rouge?

Apparemment. Cela a d’ailleurs été inscrit dans la légende de Werwolf, c’est-à-dire les subversifs allemands laissés en Pologne qui devaient combattre les structures émergentes de l’État polonais et de l’Armée rouge libératrice. Dans certains rapports, des policiers écrivent directement que les Russes ont violé, mais il arrive que des supérieurs suppriment ces informations par la suite. C’est pourquoi dans de nombreux cas, nous sommes condamnés. Même dans le cas du meurtre de Bronisława Mandoń, une fillette de Rzeszów âgée de 9 ans, brutalement assassinée par des auteurs jamais identifiés.

La population locale a accusé les Juifs de Rzeszów de meurtre rituel.

Les policiers et les officiers de police judiciaire ont activement participé à la diffusion de cette rumeur absurde, et les préjugés antisémites ont évidemment joué un rôle important. Le corps de Bronisława portait des traces de viol violent. Le tueur a déchiré la peau du visage de la victime et a découpé des fragments de peau sur les cuisses. Pourquoi suis-je prêt à émettre l’hypothèse que l’auteur aurait pu être un soldat soviétique? Parce qu’à la fin de la guerre, les prisonniers libérés du Goulag ont combattu dans les rangs de l’Armée rouge. Parmi eux, reconnus coupables de perversions sexuelles et atteints de maladie mentale. Peut-être que ce sont ces types de personnes qui ont commis des viols particulièrement violents. Par exemple, comme à Kielce, où, comme le signalait la presse locale, des soldats soviétiques ont prélevé des morceaux du corps de femmes violées et l’une des victimes a même eu un larynx coupé. Il y avait aussi des cas de sourcils cueillis, de sorte qu’il n’y avait aucun témoin du crime.

©℗ Wszelkie prawa zastrzeżone

Nême quand il y avait des témoins, ils étaient généralement silencieux.

Les victimes étaient également silencieuses, les historiens étaient silencieux. Dans la Pologne communiste, il était évidemment difficile de décrire les crimes de l’Armée rouge, mais ce n’est pas la seule raison. Les viols concernaient des femmes, mais l’historiographie polonaise de la guerre est très « masculine ». Des journaux de guerre, des recueils de comptes et des souvenirs ont été publiés aux anniversaires suivants de la guerre, mais n’ont pas été mentionnés dans les violences sexuelles. Les victimes avec leur traumatisme étaient donc complètement seules. ■

La gare d’Iława est un nœud ferroviaire par lequel transitent les unités de l’armée soviétique qui retournent dans leur pays. Pendant l’arrêt de ces transports, surtout la nuit, des groupes entiers de soldats soviétiques armés descendent du train et pillent. Il y a des cas dans lesquels des personnes volées ne restent qu’en sous-vêtements. […] Les groupes criminels de soldats soviétiques encouragés non seulement par le pillage, mais également par le viol de femmes, tuent souvent les victimes de leur viol. Dans certains cas, des groupes criminels de soldats soviétiques se rendent dans la ville d’Iława, où ils s’introduisent par effraction dans les appartements des citadins, leur volent leurs biens et violent des femmes, et même ces groupes se rendent sur les routes pour piller davantage. Le 27 octobre 1945, un groupe a violé une femme avant de l’assassiner ainsi que les deux hommes qui l’ont défendue. Les faits de viol de femmes à la garesont à l’ordre du jour depuis un mois. (Témoignage du staroste lors de la déposition d’Edmund Ligocki au bureau du plénipotentiaire du gouvernement de la République de Pologne dans le district de Mazurie, 31 octobre 1945, Archives de nouveaux dossiers, MZO 60 k. 6)

Le 8 janvier à la tombée de la nuit, lors de mon retour des vacances de Noël de Radom à Szprotawa, une bande de bolcheviks est entrée dans le wagon dans lequel je me trouvais, ainsi que dans d’autres voitures, des hommes furent torturés et battus, des valises volées et des femmes violées.La mienne a échappé à cette honte et à ce viol. Leur bestialité et leur violence atteignirent des limites incroyables, envers quelques dizaines voire douzaines de personnes, se jetant comme des bêtes féroces sur leurs victimes féminines. À un moment donné, au milieu de la confusion et du tumulte, après l’apaisement de la bête, j’ai réussi à sortir et à sauter par la fenêtre du train. Les bolcheviks ont maintenant arrêté le train et nous ont rassemblés. Ainsi blessé, battu, après le départ de ce train, je suis arrivé à la gare la plus proche puis à Szprotawa seulement le lendemain, . Ma valise, d’une valeur de 6 000 zlotys, a été volée, mes vêtements déchirés et je suis malade et incapable de travailler pour le moment, car mon traitement durera plus longtemps. Des blessures générales, en particulier une maladie contagieuse, ne me permettent pas d’être présent. (Demande de permission et de soutien de l’enseignant – Szprotawa, 12 janvier 1946, AAN, MZO 60 km. 114)

Le 29 juin 1945 à À 4 h 30 du matin, deux officiers de l’Armée soviétique ont envahi mon appartement de force. Après avoir terrorisé mon épouse et moi-même, nous avons dû quitter l’appartement où j’avais laissé mes trois filles, mes filles âgées de 6 à 10 ans. Voyant ce qui se passait, je me suis précipité dans la pièce, mais l’officier m’a repoussé derrière la porte. Ma fille a commencé à crier, anxieusement j’ai brisé la porte et j’ai vu l’officier soviétique jeter ma fille sur lr lit. Je me suis jeté sur lui et je l’ai poussé sur le poêle. Ma fille a réussi à se libérer et à s’échapper de la maison à ce moment-là. Je me suis rapidement refugié dans l’appartement voisin. Quand il m’a vu, il s’est plaint de ne pas l’avoir laissé coucher […]. J’ai signalé l’affaire ci-dessus., En tant que témoin, j’ai présenté ma femme et mes filles, dont Krysia, à qui il a déchiré sa culotte. (Rapport d’un employé de la propriété de l’Etatà Pińczów Staroste, AAN, Comité central du PPR 295 / VII-268, p. 23)

Artykuł został opublikowany w 10/2016 wydaniu tygodnika „Wprost”

Hermann SCHAPER ? Connais pas …

Un historien allemand réfute J.-T. GROSS

Hermann Schaper est le véritable auteur du crime de Jedwabne, lequel s’inscrit dans une vaste opération.

Publié: le 22 février 2018

Note liminaire du traducteur :

Le principal reproche fait à J.T. GROSS , c’est de compiler des textes de plusieurs auteurs en écartant ce qui n’est pas dans le sens d’une thèse préétablie. Il n’est pas le seul à procéder ainsi et tout nouvel élément est éludé.

Son fonds de commerce est bien établi et il ne va pas changer l’enseigne et sa production.

En 1941, le commando de la mort des SS se déplaçait de ville en ville agissant selon le même schéma. À la fin juin Wizna, le 5 juillet Wąsosz, le 7 juillet Radziłów, le 10 juillet Jedwabne, plus tard en août Łomża, vers le 22 août Tykocin, le 4 septembre Rutki. Toutes reliées à Hermann Schaper.
En Pologne, ce personnage est pratiquement inconnu. En France, encore moins. Selon Thomas Urban, historien et correspondant de longue date du quotidien « Süddeutsche Zeitung » à Varsovie, Hermann Schaper aurait dirigé la « liquidation des Juifs » à Jedwabne.

Urban s’oppose aux affirmations de J. T. Gross selon lesquelles les Allemands ont laissé les mains libres aux Polonais lors du meurtre de Jedwabne. Il se souvient des recherches du conseiller du tribunal de district d’Opitz, qui traitaient de « l’extermination de Juifs » dans le district de Łomża, à partir des déclarations de membres des SS et des souvenirs de survivants juifs. Il a déterminé que l’action contre les Juifs avait été menée par l’Einsatzkomando SS Zichenau (Ciechanów) -Schröttersburg (Płock). Ils ont mis en œuvre la directive visant à créer « un vide de sécurité policière » dans la région de Łomża et à faire « une purge », des noms énigmatiques pour l’extermination de la population juive. Des documents allemands indiquent que le parcours du commando Schaper était le suivant :

• : fin juin Wizna,
• 5 juillet Wąsosz,
• 7 juillet Radziłów,
• 10 juillet Jedwabne,
• en août (sans date précise) Łomża,
• vers le 22 août Tykocin,
• 4 Septembre Rutki.
• En outre, des « actions juives » ont été entreprises à Zambrów et à Borów.

Le commissaire Schaper a exécuté le plan avec une main d’acier. Comme l’ont souligné des témoins oculaires, il a dirigé les « actions juives » à Radziłów et à Tykocin. Cela est confirmé par des documents obtenus d’Israël par le conseil juridique d’Opitz – un rapport (numéro de référence P. Ain. – 0189) du bureau des enquêtes chargé de poursuivre les crimes nazis contre le personnel de la police israélienne
.
À Radziłów, les Juifs ont été conduits à la grange, qui a été incendiée. Schaper était sur le marché et donnait des ordres. Egalement à Tykocin, Schaper a été reconnu. Les Juifs ont été abattus et les paysans polonais ont été forcés de creuser des fosses. En examinant les documents et les protocoles du conseiller Opitz à Ludwigsburg, il conclut que l’Einsatzkomando Schaper était responsable du crime commis à Jedwabne.

Son rapport a été envoyé au bureau du procureur à Hambourg et une enquête a été ouverte contre Schaper, qui vivait sous le faux nom de Karl Bielinski après la guerre. Bien que sa fausse identité ait été révélée, il a nié avoir participé à des crimes. La procédure a été abandonnée. Le procureur a déclaré que, même si les survivants de Radziłów et Tykocin avaient reconnu Schaper comme chef de l’action, le risque d’erreur résultant de la reconnaissance erronée de la figure sur la photo était trop grand.

Même si Schaper a supervisé le rassemblement de Juifs, cela ne prouve toujours pas qu’il savait qu’ils seraient alors tués, et encore moins qu’il ait lui-même participé à ce crime de masse, a déclaré le procureur allemand.

Les Allemands sur la Place du Marché de Jedwabne le 10 juillet 1941.

Urban conclut que c’était une époquet où la plupart des procureurs allemands se préoccupaient peu des auteurs de crimes nazis. Cependant, la justice a rattrapé Schaper en 1974. Il a passé plusieurs mois en détention, mais son avocat lui a obtenu une libération et il a comparu devant le tribunal en tant qu’homme libre. Un tribunal de la ville de Giessen, en Hesse, a déclaré que lui-même et quatre autres membres du commando SS Zichenau-Schröttersburg étaient coupables de « complicité dans le meurtre de Polonais et de Juifs ». La responsabilité principale incombait à leurs supérieurs, qui étaient responsables de la création de tous les règlements et de toutes les lois légitimant de tels crimes.

Schaper a été condamné à six ans de prison. Cependant, son avocat a interjeté appel en arguant que Schaper ne pouvait être accusé de haine raciale, car il prétendait avoir plusieurs Juifs parmi ses amis. Et d’ailleurs, il ne faisait que passer des ordres. Cet argument a permis à Schaper et à son avocat de gagner devant le Tribunal fédéral de Karlsruhe. Les juges suprêmes ont statué que dans l’affaire Schaper, le tribunal de Giessen n’avait pas suffisamment étudié l’allégation de « haine raciale » et avait transféré son affaire dans une autre chambre pénale. Le deuxième procès, cependant, n’a jamais eu lieu, parce que l’état de santé de Schaper, alors âgé de 68 ans, s’était tellement aggravé qu’il était considéré comme incapable de subir un procès, certificat médical à l’appui.

Urban pointe une autre piste qui constitue une preuve de la culpabilité allemande : de nombreuses balles de fusils trouvées sur les lieux du crime. Bien sûr, les paysans polonais ne possédaient pas de telles armes à cette époque. Urban infirmeaussi sans équivoque les révélations de Gross en disant: « La version de Gross arguant qu’il y a eu un accord entre le conseil municipal de Jedwabne et les Allemands concernant l’assassinat de la population juive ne peut pas être étayée sur la base de témoignages car il n’y avait plus de conseil municipal à Jedwabne.  » Les Allemands ont cherché des collaborateurs. L’élite locale n’existait plus car tous les dirigeants polonais avaient déjà été assassinés ou déportés par les Soviétiques.

D’après les reportages de T. Urban, il est clair que les Allemands qui ont perpétré le crime, l’ont planifié, organisé, organisé et finalement utilisé leurs armes.

Source: Rzeczpospolita, Niezlomni.com

Photos: Wikipedia, wykop.pl
Photos: Wikipedia, wykop.pl

 

La monnaie du Ghetto de Łódź

Le 8.IX.1939, les armées allemandes occupèrent la ville de Łódź. A peine 6 mois plus tard, le 8.II.1940, le Président de la police de Łódź promulgua une ordonnance en vue de créer un quartier d’habitation pour les Juifs dans la partie nord de la ville.
Les portes du Ghetto se ferment le 1.V.1940. Le fragment du Ghetto situé le plus au sud était délimité par la rue Północna. Plus loin, en se dirigeant vers la partie occidentale, les limites du Ghetto étaient déterminées dans l’ordre par les rues : Nad Łódką, Podrzeczna, Drewnowska, Lutomierska, Ślusarska, Drewnowska, Generalska, Wrześniewska, Urzędnicza, Zgierska, Żurawia, Okopowa, Marysińska, Inflancka, Zmienna, Bracka, Przemysłowa, Boya Żeleńskiego, Wojska Polskiego, Oblęgorska, Smugowa et Franciszkańska.

[img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a7/Litzmannstadt_Ghetto_plan.svg/640px-Litzmannstadt_Ghetto_plan.svg.png[/img]

640px-litzmannstadt_ghetto_plan-svg

Il renfermait plus de 160 milliers de citoyens polonais d’origine juive. Le Ghetto était placé sous les pouvoirs du Gettoverwaltung, dont le chef était un commerçant de Brême, Hans Biebow. Il dépendait directement du super-bourgmestre de Łódź – Ventzki.
Le Ghetto avait également un directoire juif, le Conseil des Anciens (Der Alteste der Juden), à la tête duquel figurait un commerçant peu connu, de Łódź, Chaim Mordechaj Rumkowski. Il fut l’organisateur de l’administration, de la police, des tribunaux, des prisons, d’entreprises, d’écoles, d’hôpitaux, etc.
Ainsi, le Ghetto de Łódź devint une création rappelant « un Etat dans l’Etat » – en réalité un gigantesque camp de concentration.
Le bourgmestre de Łodź, avec l’aval de la direction de la ReichsBank, recommanda à Rumkowski la création de monnaies spécialement destinées au Ghetto. La production de monnaies de nécessité pour les prisonniers de camps clos n’était pas une idée nouvelle. Cela avait déjà été pratiqué à grande échelle au cours de la Première Guerre mondiale. Cela devait interdire aux éventuels évadés tout déplacement autonome en dehors du camp.
C’était certainement le même dessein qu’avaient à l’esprit les inspirateurs de projet d’édition de monnaie pour le Ghetto de Łódź. Un atout supplémentaire pour les Allemands était la récupération de marks, utilisés jusqu’alors par les habitants du Ghetto.

« Par la diffusion de l’argent du Ghetto comme moyen unique de paiement, le maître des Juifs rentrait en possession des réserves de marks détenues dans le Ghetto, au moyen desquelles pouvaient être acquises toutes les marchandises nécessaires au maintien du Ghetto … » – écrivait le Directeur de l’Administration du Ghetto de Łódź en 1941.
Le taux de change pratiqué était résolument défavorable pour les Juifs et revenait à une autre forme de spoliation.
En juin 1940, furent mis en circulation des bons de papier d’une valeur nominale de : 50 pfennigs, 1, 2, 5, 10, 20 et 50 marks, rapidement surnommés par la population du Ghetto « rumki » ou « chaimki » du nom de Chaim Mordechaj Rumkowski, dont la signature figurait sur les billets.

Au début, Rumkowski s’était adressé à l’artiste-peintre Wincenty Brauner pour la maquette du projet. Sur les croquis réalisés par ce dernier figurait un homme arrachant ses chaînes sur fond de soleil levant. Pour des raisons compréhensibles ce projet ne fut pas accepté. En définitive, le projet des billets mis en circulation fut réalisé par le directeur du secteur du Bâtiment du Ghetto, l’ingénieur en architecture Ignacy Gutmann, les détails particuliers des billets étant dessinés et préparés pour l’impression par un graphiste de Łódź, Pinkus Szwarc. Après l’acceptation du projet par les autorités allemandes, les billets furent réalisés par une imprimerie sise à Łódź, en dehors du Ghetto, ul. Żeromskiego 87 (alors Ludendorffstrasse 87) pour un montant total de 7 348 000 marks (au lieu des 8.206.000 prévus à l’origine). Après la mise en circulation de ces billets, Rumkowski publia une annonce enjoignant l’échange des marks allemands contre les nouveaux marks du Ghetto, auprès de la Banque du Ghetto située ul. Marynarska 71 ou de son agence sise ul. Limanowskiego 56.

getimage[1]
20marek_getto[1]

Un fait qui éveilla la curiosité fut l’esthétique et la solidité de la monnaie papier du Ghetto, pour sa destination et les conditions de l’époque. Toutefois, il apparut dans le Ghetto un faussaire nommé Rauchwerger qui a réalisé entre 1940 et 1941 5 500 exemplaires de faux billets. En janvier 1942, il fut déporté du Ghetto au camp de Sachsenhausen où, comme bon spécialiste, il falsifia officiellement et sur commande des Allemands des livres anglaises et des dollars américains.
Il est intéressant de savoir que les ghettos de Białystok et Varsovie firent également des démarches pour introduire sur leur territoire une monnaie de nécessité, mais n’obtinrent pas l’accord des autorités allemandes.

Le 1.III.1942 Rumkowski retira de la circulation la menue monnaie polonaise et allemande, ce qui provoqua une pénurie de menue monnaie.
De ce fait, la Poste, entre autres, eut des soucis pour vendre ses cartes postales à 10 pfennigs. Dans cette situation, Rumkowski donna le 17.IV.1942 l’autorisation à la Poste du Ghetto d’émettre ses propres billets d’une valeur nominale de 10 pfennigs. La Poste diffusa aussi une seconde série de bons similaires le 15.V.1944, mais ceux-ci n’eurent aucun effet en raison de l’importante dépréciation de la monnaie.
Malgré l’émission des bons de 10 pfennigs par la Poste, le manque de menue monnaie à l’intérieur du Ghetto se faisait de plus en plus sensible.
Dans ces circonstances, Rumkowski décida de frapper ses propres monnaies de 10 pfennigs, en menant parallèlement des pourparlers avec l’Administration allemande du Ghetto.

getimage[1]


Il fut créé (ul. Zgierska 56) un atelier de fabrication pour lequel Rumkowski avait prévu la frappe de 700 000 pièces de 10 pfen. et 400 000 unités de 5 pfen.
Toutefois, les autorités allemandes n’accordèrent pas leur autorisation, en raison de la trop grande ressemblance avec les monnaies allemandes. En conséquence, le 24.VI.1942, la production de ces monnaies fut définitivement arrêtée.

De même, trois projets successifs n’obtinrent pas l’approbation des Allemands. Le quatrième projet fut enfin accepté. C’est ainsi que le 8.XII.1942, la monnaie de 10 pfen. en bronze phosphoré fut mise en circulation avec un tirage de 100 000 exemplaires (au lieu du million prévu). Après sa mise en place, furent démonétisés tous les coupons de 10 pfennigs édités par la Poste. En raison de la rapide dévaluation de la monnaie du Ghetto, ces billets n’avaient plus aucune valeur et servirent aux habitants à allumer le feu, d’où le peu d’exemplaires originaux conservés jusqu’à nos jours.
Les monnaies suivantes frappées pour le Ghetto furent des pièces d’aluminium de 5, 10 et 20 marks, dont le concepteur fut Pinkus Szwarc, les coins étant réalisés par un graveur de Łódź, Morduch Glezer. Ces monnaies furent frappées à la Section de Métallurgie, transférée avec l’atelier de frappe de son ancien siège du 56 de la rue Zgierska dans de nouveaux locaux des anciens Abattoirs Municipaux, ul. Łagiewnicka 63.

Le 27.XII.1943 apparut la première des pièces frappées, d’une valeur faciale de 10 marks. La suivante fut celle de 5 marks, mise en circulation le 22.II.1944 (composée au départ d’un alliage de magnésium et d’aluminium, ensuite d’aluminium pur). La matière première pour la production de ces monnaies provenait d’épaves d’avions détruits ou de chutes de métal consécutives à leur production, d’où l’épaisseur variable des pièces (1,95-2,83 mm).
Les dernières à être mises en circulation furent les pièces de 20 marks. Cette opération eut lieu le 21.VII.1944, soit juste avant la liquidation du Ghetto. Il est possible que leur mise en circulation à cette date fut intentionnellement destinée à leurrer les derniers habitants du Ghetto qui s’attendaient à être déportés.

Parmi les curiosités, il faut relever la présence sur la pièce de 20 marks d’une sécurité ayant la forme d’un petit triangle situé en prolongement de la lettre « R » de « MARK ». Une autre curiosité est l’existence de monnaies originales frappées en d’autres métaux, y compris l’argent, à l’intention des hôtes hitlériens visitant l’atelier de frappe de Łódź.
Le 18.VIII.1944, l’argent de Rumkowski perdit toute valeur, bien que la mise en place complète fut achevée seulement le 2.IX.1944 après la déportation des derniers habitants vers le camp de concentration d’Auschwitz.

Après la guerre, les coins originaux utilisés pour la production des monnaies entrèrent en possession du directeur des Ateliers de la Monnaie de Varsovie – Władysław Terlecki, collectionneur et numismate, président de l’Association de Numismatique de Varsovie.
Il ordonna de frapper à partir des coins originaux des épreuves en plomb en double et simple face, en faible quantité. Actuellement, les monnaies du Ghetto de Łódź atteignent des cotes élevées, ce qui motive les faussaires à se spécialiser dans leur production. Les faux sont d’excellente qualité et difficiles à distinguer des originaux, les novices devant s’adresser à un expert pour en confirmer l’authenticité
.Auteur : Jacek Kamiński
jackuskm@poczta.onet.pl

Le sort des soldats polonais après la guerre

Les généraux polonais qui combattirent en Europe occidentale aux côtés des Alliés furent laissés sans aucun soutien après la guerre.

Ainsi ont-ils été manœuvres dans des usines, gardiens de nuit dans des chantiers de construction, portiers…

Le Général Stanisław Sosabowski, commandant les parachutistes polonais à Arnhem, travailla pour le reste de sa vie comme employé d’entrepôt dans une usine.

Lien utile : http://ww2.pl/a-propos-de-ce-site/

https://i2.wp.com/i.wp.pl/a//f/jpeg/32978/nac_stanislaw_maczek_970.jpeg Le 26 février 1945, sous l’Arc de Triomphe à Paris, le Général Alphonse Juin décore le Général Stanisław Maczek de la Légion d’Honneur (photo NAC).

Le Général Stanisław Maczek, commandant une Division pendant la guerre, commença à travailler comme vendeur ; il fut barman à Dorchester et Learmonth, près d’Edimbourg, écrit dans un article pour WP.PL le Dr Timothy Pawłowski. Les soldats qui ont décidé de retourner en Pologne connurent un sort moins enviable.

En septembre 1939, l’Armée polonaise fut vaincue par l’Armée allemande et l’Armée rouge. Il est rapidement apparu que les envahisseurs sous le signe du nazisme et rouge brun du communisme conquirent presque tous les pays européens. La Pologne, cependant, est devenue une véritable exception ; n’ayant en fait plus de territoire, elle fut en mesure de produire un grand nombre de forces armées. Alors que les soldats libres belges et néerlandais combattant en Europe auprès des Britanniques et des Américains se comptent par milliers, les Polonais se comptèrent par centaines de milliers. L’Armée polonaise a combattu à Narvik, Tobrouk, Monte-Cassino.

En mai 1945, 210 000 hommes figuraient dans les rangs des Forces Armées Polonaises à l’Ouest, leur nombre continuant de croître.

Malheureusement, même si l’Allemagne fut vaincue, la guerre ne s’est pas achevée par une victoire polonaise. Les territoires de la République de Pologne étaient occupés par les Soviétiques et Joseph Staline lui avait arraché près de la moitié de la superficie d’avant-guerre et installé à Varsovie un gouvernement à ses ordres.

La société était épuisée et désorientépar les conséquences de la Guerre ; alors, même si les nouveaux occupants rencontrèrent une hostilité généralisée, seuls quelques-uns les combattirent. Un autre coup de poignard frappa la Pologne à l’été 1945, lorsque les puissances occidentales retirèrent leur soutien au Gouvernement polonais exil, pour reconnaître celui mis en place par les Soviétiques à Varsovie.

Trompés par la nouvelle Pologne

Le 26 septembre 1946, le gouvernement publia une résolution privant 76 officiers de l’armée polonaise de leur citoyenneté.

Parmi eux : le commandant de MonteCassino, les Général Władysław Anders, le Général Stanisław Maczek, commandant à Falaise et Antoni Chruściel, chef de l’insurrection de Varsovie. Cette résolution honteuse concernant les officiers a été abrogée en 1971 par les autorités de la République de Pologne populaire, qui, cependant, ont tellement haï le Général Anders, que sa citoyenneté n’a été restaurée qu’en 1989.

Sur près du quart de million de soldats des Forces Armées Aolonaises, dans les premières années suivant la guerre, 105000 revinrent en Pologne, principalement des hommes de troupe. Sur les 126 généraux, 106 préférèrent rester à l’Ouest. Ils pressentaient qu’ils pourraient tomber entre les mais des bourreaux soviétiques du NKVD et partager les sort de ceux assassinés à Katyn ou déportés en Sibérie. Cette fois, ce n’était pas si mal ; contrairement à ceux de Katyn, ils étaient trop vieux et trop malades pour constituer une menace pour le régime et ils ont survécu.
Des capitaines et majors comme Kirchmayer, Mossor, Herman, Stewart, Andrew devinrent instantanément généraux et participèrent à la répression des Indépendantistes clandestins. Presque tous les officiers d’avant-guerre qui prirent des commandements dans l’Armée polonaise renaissante furent persécutés. Au départ, en 1947, on les encouragea à rejoindre la nouvelle Armée populaire. Ils l’ont fait pour diverses raisons : certains voulaient reconstruire leur pays, d’autres firent confiance laux promesses du nouveau pouvoir, d’autres faire carrière.

La répression s’abattit sur eux en 1949, le NKVD n’intervenant pas directement mais donnant carte blanche à ses homologues polonais : Renseignement Militaire et Office de Sécurité.

Le premier fut le Général Tatar qui croyait avoir obtenu les bonnes grâces du Régime de Varsovie, en rapatriant l’or du Fonds de la Défense Nationale qui lui avait été confié.

Il fut arrêté, torturé et condamné à mort. Kirchmayer, Mossor, Herman et Stewart le suivirent. La torture a été si brutale que Herman est mort pendant l’instruction. Mossor mourut peu après sa sortie de prison et Kirchmayer est devenu infirme.

Moeurs soviétiques

Des généraux ont été assassinés, mais aussi d’autres gradés, comme le capitaine Zbigniew Przybyszewski, qui en 1939 commanda l’artillerie côtière de Hel, endommageant le cuirassé Schleswig-Holstein. Il a été abattu d’une balle dans la nuque, ainsi que plusieurs de ses subordonnés et supérieurs. Stanisław Skalski, un des as de la chasse polonaise fut torturé et condamné à mort. Sa peine fut commuée. Réhabilité en 1956, il finit général. Décès en 2004..

La plupart des officiers de l’Armée polonaise d’avant-guerre, non seulement n’ont pas coopéré avec le nouveau gouvernement, mais luttèrent activement contre lui.

Le capitaine Witold Pilecki, qui au cours de la guerre s’est fait interner dans le camp de concentration d’Auschwitz, pour y organiser un mouvement de résistance et s’évada sa mission accomplie.

A suivre …

Le défilé de la Victoire du 8 juin 1946

« Le 8 juin 1946, un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un grand défilé de la Victoire eut lieu à Londres. Du cortège s’étirant sur plusieurs kilomètres, les Polonais furent absents. La Pologne avait été abandonnée à l’URSS comme faisant partie de sa zone d’influence. » explique le professeur Daria Nałęcz.
L’invitation à la parade de la victoire ne fut formulée par les Britanniques aux soldats du 303e Escadron que très peu de temps avant la parade.

Les Britanniques ne voulaient pas que des parachutistes et les marins des Forces Armées Polonaises participent au défilé, alors qu’ils constituaient l’un des principaux groupes nationaux ayant combattu l’Allemagne nationale-socialiste. En 1945, les Forces Armées polonaises de l’Ouest comptaient environ 200 000 personnes. Ceux d’Europe orientale, plus de 100 000.

Dans ces circonstances, les aviateurs du 303e Escadron, qui se rendirent célèbres lors de la Bataille d’Angleterre – en signe de solidarité – renoncèrent à participer au défilé. En conséquence, sur l’allée londonienne « The Mall », aux côtés des Anglais et des Américains, défilèrent, entre autres Tchèques, Belges, Brésiliens, Mexicains et même des vétérans d’Iran et de Fidji. Il n’y eut pas de Polonais.
Historienne, Daria Nałęcz explique que les Britanniques ne voulaient pas froisser les Russes, car la Pologne était considérée comme intégrée à la zone d’influence soviétique. « Le Gouvernement polonais de l’Ouest n’a pas été reconnu, il a fallu oublier tout l’effort armé des Polonais de l’Ouest », a-t-elle déclaré lors d’un entretien. En ajoutant que si les représentants des Forces Armées Polonaises auraient dû participer à un défilé proportionnellement à l’ampleur de leur lutte contre l’Allemagne, le gouvernement britannique devrait en quelque sorte se rapporter à la situation politique de l’époque. Et il n’en voulait pas. « La Pologne en tant qu’acteur sur la scène internationale n’existait pas », a-t-il souligné.
En 2003, le Premier ministre britannique Tony Blair a présenté ses excuses aux vétérans polonais pour l’attitude de ses prédécesseurs en 1946 et l’absence d’invitation à la parade de la Victoire.
Deux ans plus tard, les Polonais participèrent pour la première fois à ce défilé, à Londres.
« En 1946, Staline ne nous a pas permis d’être invités au défilé de la victoire. »

Après 60 ans, ils ont finalement reconnu le fait que nous avions combattu le Troisième Reich et formé la quatrième plus grande armée. » nous précise un vétéran, Marian Falana, qui combattit dans la 3ème Division d’Infanterie des Carpates dans l’armée du général Władysław Anders.

https://gosc.pl/doc/877315.Londynska-pa … ez-Polakow

Le destin de l’Ukraine


Perejasław, la ville où en 1654 fut prise la décision de lier le destin de l’Ukraine à Moscou, regarde aujourd’hui vers l’Occident.

Sur la rue Moskiewska, pleine de nids de poule, allait le fier boyard Wasyl Buturlin, envoyé du Tsar Alexis. Le chemin passait près d’une épicerie, où l’on vend de la bière et des poulets cuits à la broche. Près de lui marchait le vaillant colonel de Cosaques, Paweł Tetera, qui l’avait accueilli dans les faubourgs.

Dans la clairière où se rejoignent les rivières Alta et Trubiz, Bohdan Chmielnicki arriva un peu après. Précisément le 16 janvier 1654.

Beaucoup d’historiens affirment qu’à l’endroit où les habitants s’assoient sur dans bancs en bois situé dans un parc de loisirs s’est décidé pour des siècles l’avenir de l’Ukraine.
Le Hetman, qui avait battu plusieurs fois, sans vraiment la vaincre, la République Nobiliaire devait trouver un protecteur. Le Sultan turc ou le Khan de Crimée furent approchés, sans trop de conviction, car étant des « Infidèles ».

« Inutile de vous décrire l’oppression subie des seigneurs polonais », déclara-t-il aux Cosaques rassemblés. « Et le Tsar est de la même sainte confession que nous. De la même foi ! », insista-t-il.
La question ainsi présentée, Alexis fut choisi.

Cette « union » avec la Russie était un geste tactique de la part de Chmielnicki, une sorte de pacte défensif. La façon dont cela s’est terminé, bien ou mal, est à débattre par les professeurs et les politiques.

Fosses communes en Biélorussie

Kurapaty est un lieu sacré près de Minsk, capitale de la Biélorussie, où sont enterrées dans des fosses communes les victimes d’assassinats menés par le NKVD. Elles ont été ouvertes par des bulldozers lors de travaux en vue de la construction d’un immeuble de bureaux. Selon des historiens indépendants, elles seraient environ 250.000. Figurent des Polonais et des Biélorusses, ces derniers assassinés pour s’être opposés au gouvernement communiste. Selon les historiens, les 3872 Polonais de la « Liste biélorusse de Katyn » pourraient s’y trouver, assassinés sur les ordres de Staline en avril-mai 1940. De même que les victimes de l’ « Opération polonaise » du NKVD de l’année 1937 (100 000 Polonais assassinés) auxquels s’intéresse l’IPN. De même que des Polonais des Territoires occupés par les Soviétiques en septembre et éliminés après 1940. Près des tombes ont été trouvés des articles avec des inscriptions en polonais, médailles, etc. Le « champ de la mort » est marqué seulement par des croix de bois, les autorités biélorusses refusant de construire un monument et organiser la zone de protection adéquate. Kurapaty est un lieu sacré près de Minsk, capitale de la Biélorussie, où sont enterrées dans des fosses communes les victimes d’assassinats menés par le NKVD. Elles ont été ouvertes par des bulldozers lors de travaux en vue de la construction d’un immeuble de bureaux. Selon des historiens indépendants, elles seraient environ 250.000. Figurent des Polonais et des Biélorusses, ces derniers assassinés pour s’être opposés au gouvernement communiste. Selon les historiens, les 3872 Polonais de la « Liste biélorusse de Katyn » pourraient s’y trouver, assassinés sur les ordres de Staline en avril-mai 1940. De même que les victimes de l’ « Opération polonaise » du NKVD de l’année 1937 (100 000 Polonais assassinés) auxquels s’intéresse l’IPN. De même que des Polonais des Territoires occupés par les Soviétiques en septembre et éliminés après 1940. Près des tombes ont été trouvés des articles avec des inscriptions en polonais, médailles, etc. Le « champ de la mort » est marqué seulement par des croix de bois, les autorités biélorusses refusant de construire un monument et organiser la zone de protection adéquate.

L’agenda du NKVD – 19 janvier 1945

Avant de s’illustrer dans l’organisation de « rendez-vous-surprises » , il est chargé par Lavrenti Beria de procéder à la déportation de masse des Allemands de la Volga ainsi que de plusieurs populations des Pays Baltes (Lettons, Estoniens, Lituaniens) et du Caucase (Tatars de Crimée, Kalmouks, Tchétchènes, Ingouches.).

Ivan Serov

En 1945, il est envoyé en Europe de l’Est, où il est chargé de mettre en place les organes politiques répressifs d’Etat dans les pays nouvellement conquis.

Il procède ainsi à la liquidation de l’Armée polonaise de Libération ; il met en place les services secrets polonais et la police politique est-allemande, la Stasi.

Rappelons que 17 Janvier 1945 la 1ère Armée polonaise entra dans Varsovie. Pendant ce temps, les 47ème et 61ème  Armées soviétiques du 1er Front biélorusse effectuèrent une manœuvre en tenaille au nord et au sud de la capitale polonaise, afin d’y boucler la IXème Armée allemande dans la fournaise. En plus de l’action militaire, les Soviétiques menèrent d’autres activités. Dans le rôle principal entrèrent en scène, les agents du NKVD, dont la tâche principale était l’élimination des soldats à l’esprit anti-communiste et antisoviétique de l’Armée de l’Intérieur et des Forces armées nationales. La Terreur fut conduite par le pouvoir polonais des agents de Joseph Staline : Bolesław Bierut, Władysław Gomułka, Edward Osóbka-Morawski, les généraux Michał Rola-Żymierski, Stanisław Popławski ou le colonel Marian Spychalski.

Une correspondance en date du 19 janvier 1945 entre deux criminels  staliniens : le chef des troupes du NKWD sur le front, le général Ivan Serov avec le vice-premier ministre et chef de la police secrète soviétique Lavrenti Beria. Le premier rapportait à son supérieur la situation à Varsovie.

« Afin d’établir un ordre adéquat à Varsovie, j’ai procédé comme suit :

1.  organisation d’un groupe tchékiste opérationnel avec la tâche de filtrer tous les résidents qui souhaitent se rendre à Praga (quartiers de la rive droite),

2.  utilisation de groupes opérationnels composés d’employés du ministère de la Sécurité publique et de nos tchékistes polonais, avec pour mission de repérer et arrêter les dirigeants de l’Armée de l’Intérieur, les Forces armées nationales et les partis politiques clandestins,

3.  en vue de protéger les actions menées fut implanté à Varsovie et mis à contribution le 2ème Régiment de garde-frontières du NKVD et 2 bataillons du 38ème Régiment de garde-frontières»- dit le rapport, ne laissant aucun doute sur la façon dont les Soviétiques se comportaient envers la Résistance polonaise.

Ce même 19 Janvier, sur les allées de Jérusalem, débarrassées pour l’occasion des gravats, des troupes sélectionnées de la 1ère Armée défilèrent au son de la « Varsovienne »

Assistaient à la parade, sur une tribune située en face de l’hôtel « Polonia », les représentants des autorités communistes et les militaires, entre autres, Bolesław Bierut, Władysław Gomułka, Edward Osóbka-Morawski, les généraux Michał Rola-Żymierski, Stanisław Popławski ou le colonel Marian Spychalski, avec en invité de marque le maréchal soviétique Iouri Joukow.

 

La défense de Grodno – septembre 1939

BIA_Wo%C5%82kowysk_COA.png

 Blason du 102° Uhlans

La chasse aux chars soviétiques à Grodno en septembre 1939

Grodno fut la seule ville des Confins qui opposa une forte résistance à l’envahisseur. Les Soviets avaient prévu de l’occuper dès le 20 septembre 1939. Non seulement ils échouèrent, mais ils subirent de lourdes pertes en affrontant les Polonais.

En 1939, Grodno était un chef-lieu de district, une ville de garnison et un centre culturel important des Confins. Les Polonais représentaient environ 60% des 60 000 habitants. L’agglomération était située principalement sur la rive droite du Niémen, reliée à son autre partie par deux ponts, routier et ferré.

sowieci-w-grodnie_650.jpeg

Les Soviétiques à Grodno

Soldats et volontaires

Le 20 septembre deux bataillons d’infanterie se trouvaient à Grodno, ainsi que quelques plus petites formations et des unités de gendarmerie et de police. Un soutien important aux militaires était constitué d’un groupement important de civils, principalement des scouts et des fonctionnaires d’Etat.

On estime que la ville était défendue au total par environ 2000-2500 soldats et volontaires. Les armes antichars faisaient défaut aux Polonais.

Toute l’artillerie consistait en deux canons antiaériens Bofors de 40 mm. On avait fait provision de projectiles incendiaires, bouteilles remplies d’un mélange de pétrole et d’essence.

Les Soviets aux portes de Grodno

Les Soviets considéraient Grodno comme une ville fortement armée et désignèrent pour sa conquête des forces importantes du XV° Corps blindé de la 11° Armée.

Toutefois, en raison de la désorganisation de la structure du commandement soviétique et de problèmes d’intendance, seule pouvait intervenir la 27° brigade blindée. Elle comptait 146 chars et 11 véhicules blindés dont, par manque de carburant, à peine la moitié étaient opérationnels..

Le bataillon de reconnaissance de la 27° Brigade blindée fut le premier à arriver au contact de la ville. 11 chars soviétiques firent mouvement vers le pont routier du Sud.

Au cours de leur déplacement, ils essuyèrent un feu nourri d’armes automatiques et d’un canon qui détruit un véhicule radio.

Les Soviets refluèrent en désordre, puis reprirent leur progression.

La destruction du bataillon de reconnaissance

La défense fut extraordinairement efficace.

Le premier char fut incendié par un engin, le deuxième détruit par des obus Bofors. Un véhicule blindé fut fortement endommagé par un fusil-mitrailleur.

Les soldats commencèrent une véritable chasse aux blindés. L’un fut repéré par les traces de ses chenilles. L’aspirant Hlebowicz abattit un conducteur de char d’une balle dans la tête tirée par la meurtrière. Le véhicule, cerné, fut incendié au moyen de cocktails Molotov. Le suivant fut détruit par des grenades jetées par la trappe de sa tourelle.

Au cours des combats, l’infanterie soviétique tenta de franchir le Niémen.

pic_1-g-3318.jpeg

Le pont routier enjambant le fleuve Niemen.

Les soldats de l’Armée Rouge furent pris sous des tirs croisés d’armes automatiques et se retirèrent laissant sur le champ de bataille de nombreux morts et blessés.

Selon des sources polonaises, tous les chars du bataillon de reconnaissance furent détruits. Les Soviets reconnurent avoir perdu 4 chars et une radiostation automobile.

Du côté polonais, on déplorait beaucoup de morts et de blessés.

Les incursions nocturnes des Polonais

Le reste des effectifs de la 27ème Division finit par arriver.

Dans l’après-midi, près de Grodno se trouvaient déjà 3 bataillons blindés et les restes du bataillon de reconnaissance, soit au total 65 chars. Des unités d’infanterie et d’artillerie furent rameutées, lesquelles commencèrent à détruire les positions polonaises. Les cibles furent faciles à cerner, grâce aux renseignements fournis par les partisans communistes de Grodno.

Les Polonais reçurent les renforts des 101ème et 102 ème Uhlans ainsi que du 103ème Régiment de Chevau-légers du Groupement « Wołkowysk ». Arriva avec la Cavalerie le général Wacław Przeździecki, qui prit le commandement de la défense de la ville. L’obscurité nocturne n’interrompit pas les combats. Les soldats des deux côtés tentèrent des incursions sur l’autre rive du fleuve. Avec succès pour les Polonais.

Un des escadrons du 102ème Uhlans détruit un poste soviétique près du pont et repoussa les Soviétiques pour quelque temps. Un autre groupe, composé de soldats parlant le russe et muni d’une grande quantité de grenades attaqua des unités ennemies circulant sur la route de Skidl, provoquant une grande confusion chez l’assaillant.

L’échec du deuxième assaut

Toutefois, les Soviétiques renforçaient leur emprise. De nouvelles unités du 27ème Corps blindé et les premiers détachements du VIème Corps cosaque de Cavalerie arrivèrent en renfort. Le 21 septembre, entre 4h00 et 4h30, après une forte préparation d’artillerie, l’infanterie soviétique appuyée par des blindés se mit en mouvement.

Au Sud-Est, deux bataillons soviétiques frappèrent les postions des fusiliers polonais. Les défenseurs mirent à profit des lacunes dans les lignes de l’ennemi et le prirent à revers. Deux compagnies polonaises effectuèrent un véritable massacre. Des soldats pris de panique jetèrent leurs armes et s’enfuirent.

czerwonoarmisci-w-drodze-na-grodno.jpeg

C’est seulement l’intervention des chars soviétiques repoussant les soldats polonais qui sauva d’une mort certaine les deux bataillons.

Les chars soviétiques du VIème Corps de Cavalerie chargèrent à partir du pont routier. Son commandant, le Komdiv Jeremienko, mena personnellement ses troupes au combat et dut par deux fois s’extraire d’un char endommagé par les Polonais. La troisième fois, il fut blessé et l’offensive soviétique sur le pont brisée.

La bestialité de l’envahisseur

Malgré des succès certains, les défenseurs de Grodno furent progressivement repoussés de leurs positions, les combats se reportant vers le centre-ville. Les Soviets utilisèrent diverses méthodes pour briser le moral des Polonais.

On observa plusieurs fois comment les équipages de chars attachaient à leur véhicule des enfants pour en faire des « boucliers vivants ».

Parmi eux figurait Tadzio Jasiński, 13 ans, qui tenta d’incendier un char ennemi. Hélas, il fut capturé, torturé et ligoté à la tourelle d’un char. Délivré par les Polonais, il expira dans les bras de sa mère.

La « conquête » de Grodno par les Soviets

Les Polonais se retirèrent lentement et se dirigèrent vers la frontière lituanienne.

La dernière résistance se tenait dans l’ancien Palais royal, un  groupe d’écoles professionnelles et une caserne.

A l’aube, les soldats quittèrent leurs positions. Quittèrent également la ville les deux dirigeants de la défense, le commandant Serafin et le maire-adjoint de Grodno, Roman Sawicki.

Le commandement soviétique ne s’en aperçut pas de suite.

Les unités d’assaut avaient été retirées et l’approvisionnement en carburant et munitions fut effectué. Une attaque générale était prévue pour le 22 septembre avec l’utilisation de tous les moyens disponibles. Le soldats de l’Armée rouge entrant dans la ville ne se heurtèrent qu’à une faible résistance de la part de quelques rares défenseurs.

Dans son livre « Le Pacte des diables » Roger Moorhouse écrivit que  « la défense polonaise face à l’invasion soviétique fut le plus souvent improvisée ». Il en fut de même à Grodno, mais ceci donna de bons résultats. Les pertes soviétiques ne sont pas précisément connues. Ils reconnurent la mort de 53 soldats et 161 blessés, ainsi que la perte de 19 chars et de 3 véhicules blindés. Selon des sources polonaises, ces chiffres sont nettement minorés.

Les crimes de l’occupant soviétique

Les Soviétiques déportèrent environ 1000 prisonniers. Les officiers furent assassinés sur place. Selon Roger Moorhouse, la cause de ce comportement fut la haine instinctive des soldats de l’Armée rouge envers le corps des officiers polonais, identifié à la noblesse catholique.

300 défenseurs furent fusillés – soldats et habitants – dont des adolescents. Un nombre inconnu de Polonais furent écrasés par des chars dans l’Est de la ville. Soulignant l’héroïsme des défenseurs, le général Władysław Sikorski les nomma en décembre 1941 les « Nouveaux Aiglons ». Le 14 septembre 2009, le Président Lech Kaczyński décora à titre posthume Tadzio Jasiński de la Croix de Commandeur de l’Ordre de la Renaissance polonaise.

Dariusz Kaliński | 2015-12-07 (14:56) |